samedi 3 décembre 2016

Autre nouvelle importante d'Irlande

Un petit couvent s'installe à proximité du Prieuré St Finbarr !




Le couvent de la Sainte Face abrite un début de communauté religieuse de style carmélitain. Sœur Irène était ermite; une jeune fille la rejoindra dans quelques semaines et d'autres vocations s'annoncent !




Les prêtres du prieuré y assurent l'aumônerie.



Mgr Williamson en Tchéquie

Source

Du 26 au 31 octobre 2016, Mgr Williamson s'est rendu en Tchéquie à l'invitation de fidèles de la région.


Après la messe du samedi, Mgr Williamson a donné une conférence de 3 heures (!)  abordant les encycliques importantes et, en deuxième partie, le subjectivisme qui ravage l'Eglise.









Le dimanche, Monseigneur conféra le sacrement de confirmations et après la messe, donna une deuxième conférence liée à l'actualité (comme François et Luther)


Les fidèles tchèques sont particulièrement reconnaissants à Mgr Williamson car ce 30 octobre était le 25 ième anniversaire de la première Messe célébrée par la FSSPX dans leur pays !



jeudi 1 décembre 2016

Nouvelles d'Irlande. Nouvelle chapelle.

M l'abbé Ballini avance bien dans les travaux de sa chapelle au prieuré St Finbarr. La première Messe a pu y être célébrée le Dimanche 27 novembre. Les travaux ne sont pas encore achevés mais la chapelle a déjà belle apparence. Bravo aux Irlandais de la résistance ! 

Prieuré St Finbarr

Rev. Frs. E. MacDonald & G. Ballini
Maulathanavalla, Reenascreena,
Rosscarbery, West Cork






mercredi 30 novembre 2016

LE MODERNISME EST INTRINSÈQUEMENT PERVERS ET AUCUNE COLLABORATION AVEC LUI N'EST LICITE (III)

Après les deux premières parties, que vous pouvez lire ici et , Don Nitoglia tire les conclusions pratiques pour notre époque et la crise que nous traversons.



http://doncurzionitoglia.net/2016/10/19/modernismo-perverso/

PARTIE III

Qu’est-ce qu’un accord ?

« Faire un accord » signifie « uniformiser les idées, opinions, afin d’éviter les conflits, d’avoir les mêmes principes, les mêmes points de vue et la même façon de faire les choses. (N.Zingarelli)  « Accord » veut dire « union harmonieuse de sentiments, opinions, idées »  (N.Zingarelli)  En bref, un accord présuppose que les deux parties se mettent … en accord.  Sous peu, il n’y a donc pas possibilité d’accord entre modernisme et catholicisme, au contraire il y a une divergence diamétrale dans tous les domaines.  A Saint Paul, il a été révélé : « Quel accord entre le Christ et Bélial ? » (II Cor.,VI,15)


Un accord unilatéral peut-il exister ?

Non, parce que, par définition, dans l’accord, les deux parties se mettent d’accord, même si la manifestation de la volonté de s’accorder vient d’un seul côté et est donc « unilatéral » au point de départ, mais il devient bilatéral au point d’arrivée. 

Donc, nous devrions parler de reconnaissance juridique ou canonique.  La reconnaissance canonique est un acte juridique, ce qui suppose une partie principale et supérieure, ayant autorité et domination, et une partie secondaire et inférieure, soumise à l’autorité qui est reconnue.  Mais dans notre cas, c’est le Saint-Siège qui reconnaît et les traditionalistes sont reconnus.  Il serait impensable de croire que les traditionalistes reconnaissent et acceptent le Saint-Siège, qui, par définition, est premier : il n’a aucune autorité humaine au-dessus de lui.

Donc si « la reconnaissance juridique » est unilatérale, cela ne signifie pas que la partie reconnue ne doit rien à la partie qui la reconnaît ; en effet, par définition, elle a accepté une reconnaissance qui est donnée unilatéralement ou seulement de la part du Saint-Siège qui doit alors être payé d’obéissance.  Le mot « unilatéral » est un sophisme utilisé par les modernistes pour faire tomber les traditionalistes dans le piège. Cela ne signifie pas que le Saint-Siège concède tout et que les traditionalistes ne devraient rien ; au contraire, le Saint-Siège remplit le rôle du lion et les traditionalistes, celui de l’agneau.  Prenons un exemple concret : si un usurier, gentiment et « unilatéralement », m’offre une somme de 100 millions d’euros et que je l’accepte, cela ne signifie pas que, par la suite, je ne devrai pas rendre à l’usurier, non seulement la somme prêtée, mais aussi les intérêts lesquels, par la nature même de l’offre « unilatérale », deviennent de plus en plus exorbitants jusqu’à m’étrangler.  (C’est pour ce motif qu’un usurier est dit « étrangleur »)  Dans notre cas, la partie reconnue devrait à la partie supérieure, qui lui a accordé une reconnaissance, l’obéissance et la soumission, comme cela se passe entre en subordonné et son supérieur.  Donc si la concession est donnée « unilatéralement », par la suite, une fois acceptée, on se trouve face à une situation devenue bilatérale par la nature des choses.  Par conséquent, la concession « unilatérale » impliquera immanquablement des conséquences juridiques de rapport entre le sujet subordonné ou subalterne et le supérieur.  Or c’est le subordonné qui obéit et le supérieur qui commande.

C’est une contradiction dans les termes de parler de la pleine reconnaissance des traditionalistes par le Saint-Siège et d’indépendance absolue de ceux-ci vis-à-vis de l’autorité.  Mais un traditionaliste subordonné à un moderniste, c’est comme une souris dans la bouche du chat.

Existe-t-il un danger réel de schisme ?

Le schisme existe quand on refuse l’autorité du Pape, c’est-à-dire quand on ne le reconnaît pas comme le Vicaire du Christ, ayant le pouvoir suprême, immédiat et direct sur l’Eglise universelle.  La désobéissance aux ordres du Pape, si elle ne comporte pas la négation de sa Primauté de juridiction,  mais est faite seulement pour ne pas accomplir ce qui vient d’être commandé, n’est pas un péché de schisme, mais de désobéissance. (cfr. L. Billot, De Ecclesia Christi, Rome, Gregoriana, V ed., 1927, vol. I, Thesis XII, p. 310 ss. ; S. Thomas d’Aquin, S. Th., II-II, q. 39; Cajetan, In Summ. Th., in IIam-IIae, q. 39)

mardi 29 novembre 2016

Ordination du Frère Jean OCD du séminaire de Cébu


Traduction par les soins de Reconquista :

Chers fidèles d’Austrasie,

Vous souhaitant une joyeuse nouvelle année liturgique 2017,

Je suis heureux de vous annoncer que Son Excellence Monseigneur Thomas d’Aquin ordonnera Frère Jean le 17 décembre à Santa Cruz au Brésil.

Offrez généreusement des remerciements à Notre-Seigneur et Notre-Dame pour cet important soulagement.

Nous sommes toujours loin de pouvoir garantir une présence sacerdotale permanente en Australie, mais cet événement, et la stabilisation qui l’accompagnera, est un bon pas dans cette direction.

In Iesu et Maria,

Francois Chazal+

Message original

Dear Austrasian Faithful:

Wishing you a happy new 2017 liturgical year.

I am glad to announce you that His Lordship, Bishop Aquinas, will ordain Brother John on December 17th in Santa Cruz, Brazil.

Kindly offer thanksgivings to Our Lord and Our Lady for this big relief.

We are still far away from guaranteeing a permanent priestly presence down under, but this event, and the stabilization that will come with it, is a good step in that direction.

In Iesu et Maria,

Francois Chazal+







lundi 28 novembre 2016

La milice de l'Immaculée échappe aux Capucins de Morgon


 Restitution des faits :

En 2000 : reconstitution de la MI en Pologne par l'abbé Stehlin.
En 2002 : extension à la France sous l'impulsion des Capucins et de même dans d'autres pays, toujours de manière quasi-décentralisée.
début 2016 : "on" demande un modérateur international
fin 2016 : "on" signifie aux Capucins qu'en fait, ce serait mieux que ce soit un prêtre de la FSSPX qui la dirige en France.
Au final les Capucins abandonnent la Milice à la fsspx.


 1° Finalité de la Milice de l'Immaculée

La Milice de l'Immaculée avait depuis longtemps été l'objet de l'intérêt des âmes désireuses d'une vie mariale authentique. Basée sur le principe de la consécration mariale, la Milice a comme finalité de faire régner l'Immaculée sur le monde entier. Le rôle des chevaliers est donc de conquérir tous les cœurs à l'Immaculée. Cette conquête mariale ne peut se concevoir sans une détestation de quelque mal que ce soit qui pourrait empoisonner les âmes. C'est pourquoi les chevaliers de la Milice s'engagent à prier et/ou agir pour la conversion des francs-maçons et des juifs. 
La Milice de l'Immaculée est donc inconciliable avec un certain esprit œcuménique ou d'entente tacite avec les erreurs conciliaires.


2° Contradiction actuelle de la fsspx:

Or la fsspx (ou du moins ses supérieurs majeurs) semble désormais acquise à l'idée d'un accord pratique avec Rome sans conversion de Rome à la Tradition. (cf chapitre de 2012). C'est exactement ce à quoi s'opposait l'esprit de la Milice. Le Père Kolbe écrivait ainsi à ses chevaliers : "La vérité est une. Ce fait nous est bien connu, et pourtant dans la pratique, nous nous comportons comme si "oui " et "non" étaient vrais simultanément...[...] car "oui" et "non" ne peuvent pas être vrais en même temps au sujet de la même chose. [...] Ceci vaut aussi en matière de religion. Nous rencontrons dans le monde de très nombreuses confessions religieuses, et l'opinion que toutes les religions sont bonnes est très répandue. On ne peut être d'accord avec cette phrase."

Les supérieurs de la  fsspx acceptent désormais la possibilité de vivre en pratique avec l'église conciliaire (ou œcuménique) : cette attitude est  radicalement opposée à l'esprit du Père Kolbe et de l'idéal de la Milice.

3° La stratégie des supérieurs de la FSSPX à l'égard de la Milice : 

 En France, l'esprit de la Milice avait été répandu bien avant les années 2000 puisqu'au sein du MJCF par exemple, le RP Reynaud, puis les Pères dominicains et de nombreux aumôniers avaient encouragé les jeunes gens à mieux connaître l'idéal du RP Kolbe. (Surtout par les conférences du RP Marie Dominique O.P.) Les Capucins n'étaient pas en reste et c'est pourquoi ils acceptèrent en février 2001 d'assurer la direction de la Milice en France.
Mais les Capucins ne suivant pas clairement la ligne ralliériste de Mgr Fellay, il leur fut demandé de passer la responsabilité de l'aumônerie à un prêtre de la FSSPX (cf la lettre du RP Antoine dans laquelle il dit bien que la FSSPX a souhaité reprendre une direction plus effective)

Puis vint la lettre de l'abbé Sthelin (cf ci-dessous) qui prétend que le supérieur général de la FSSPX est l'autorité suprême de la Milice de l'Immaculée. Il est bien évident que le supérieur de la fsspx ne peut pas prétendre à ce rôle, tout comme un autre supérieur de congrégation. C'est se prendre pour le pape!  Cette prétention lui permit de prétendre devenir le coordinateur international de la Milice (rien que ça !) .  Voici ce qu'écrit le l'abbé Sthelin dans sa lettre n°1 de la Milice en mai 2016 ( http://medias-catholique.ino/lettre-n-01-du-pere-directeur-de-la-milice-de…)


En 2002, les pères capucins traditionnels de Morgon désirèrent rejoindre la MI et l'établir en France. En 2004 les premiers prêtres américains établissent la MI dans certains prieurés et certaines chapelles des Etats-Unis, la Suisse suivit en 2006. Mais tous les débuts résultaient généralement de l’engagement individuel « d’admirateurs » de saint Maximilien et le mouvement était généralement inconnu dans le monde traditionnel (Pologne excepté). Seulement durant les trois dernières années il sembla que Notre Dame Elle-Même souhaita que Sa petite armée grandisse. Sans aucune publicité ou promotion spéciale, de plus en plus de fidèles s’intéressèrent, grâce à la publication de brochures et de livres concernant la MI ainsi que l’ouverture de trois importants sites internet Pologne, Suisse et Asie. En trois ans, le nombre de chevaliers fit plus que doubler, passant d’à peu près 5 000 en 2013 à 13 000 en 2016. Jusqu’à maintenant la prise en charge de la MI était laissée à l’initiative des prêtres de la MI qui essayaient par leurs propres initiatives de « faire quelque chose » avec la permission de leurs supérieurs. Afin d’unir les différents efforts et de constituer la MI comme une petite armée de la tradition catholique, le Supérieur Général – l’autorité suprême de la MI délégua à votre serviteur le rôle de coordinateur international ou, selon les termes de saint Maximilien, « le directeur » de la MI.
Il ne fait donc pas de doute que les supérieurs de la FSSPX cherchent à éloigner l'influence des prêtres et des communautés non ralliéristes (ou Fellaysiennes) de la Milice de l'Immaculée.

4° Conclusion pratique :

Il semble donc que la Milice soit désormais passée sous l'obédience de Menzingen. C'est pourquoi tous les membres qui souhaitent conserver l'idéal de l'Immaculée doivent réfléchir et prendre des décisions pour ne pas cautionner de tels agissements révolutionnaires. Non ! Et pour l'honneur de l'Immaculée et de la Vérité, la Milice ne passera pas entre les mains des ralliéristes ! Que l'Immaculée qui détruit toutes les hérésies et les compromissions leur soit en aide.

Ipsa conteret.
 
Le document qui rappelle que les capucins avaient en charge la Milice en France





samedi 26 novembre 2016

La vie au séminaire Saint Louis-Marie

Le séminaire Saint Louis-Marie Grignion veut suivre l'esprit que Mgr Lefebvre a donné à Ecône. Cet esprit est bien évidemment un esprit de Foi, de combat et de défense de la Foi mais aussi un esprit de charité.  C'est ce que désirait l'archevêque pour ses séminaires : 

Extrait de la conférence de Mgr Lefebvre du 18 janvier 1977 :
"Alors vous êtes ici pour apprendre cette Sagesse, et pas seulement pour l’apprendre, voyez, pour en vivre ; c’est inutile d’apprendre pour ne pas vivre, inutile la science qui ne tourne pas à la charité : scientia inflat caritas lætificat, scientia inflat caritas lætificat. La science si elle n’est pas basée sur la charité enfle, donne de l’orgueil, fait croire que l’on est savant ; mais la vraie science nous rend humble au contraire et nous fait aspirer à pratiquer cette science dans notre vie et donc à avoir la charité. Et ceci est d’une importance très très grande à tous points de vue pour votre sanctification personnelle. Il faut que quand vous êtes à la chapelle, quand vous êtes dans vos cellules, quand vous êtes n’importe où que cette science-là soit toujours en vous, que cette sagesse soit toujours en vous, que vous en viviez, que vous ne sortiez pas, je dirais, de cette ambiance, que vous viviez de cette ambiance de la vie avec Notre Seigneur Jésus-Christ, de la vie avec tous ces mystères, ces grands mystères dont nous vivons, ces sacrements, cette grâce qui vous est donnée, cette grâce que vous recevez le matin dans la sainte communion par Notre Seigneur, ces prières que vous faites, ces grâces que vous pouvez recevoir tout au long de la journée en accomplissant votre devoir d’état et en accomplissant la volonté de Dieu, tout cela vous remplit de grâces."



Les séminaristes à la Sainte Messe






Séance d'épluchage pour tout le monde
Cours de politique pour les deuxième années

Promenade sur les bords de la Loire
La Loire et les séminaristes téméraires





Double pongiste


Les séminaristes au Mont St Michel
Dans le réfectoire du monastère
Un goéland qui ne craint pas le séminaire

jeudi 24 novembre 2016

LE MODERNISME EST INTRINSÈQUEMENT PERVERS ET AUCUNE COLLABORATION AVEC LUI N'EST LICITE ( II )


Nous publions aujourd'hui la deuxième partie de l'étude de Don Nitoglia où, après avoir rappelé la stratégie communiste, il montre le parallèle avec l'attitude moderniste, surtout dans la situation actuelle. 

Vous trouverez la première partie de cette étude ici



Partie II

La stratégie moderniste

Le modernisme est « l’égout collecteur de toutes les hérésies » (St Pie X, Encyclique Pascendi, 8 septembre 1907). Donc il est plus pervers que le communisme parce qu’il n’est pas seulement matérialiste, et donc athée, mais toutes les erreurs contre la droite raison, toutes les hérésies contre la Foi et toutes les dépravations contre la morale (y compris l’athéisme) le caractérisent et confluent en lui comme les canaux d’écoulement de faible débit qui confluent dans le cloaque Maxime.

Aussi à partir de la doctrine exposée par le Magistère de l’Eglise, on peut se demander si un accord et une collaboration uniquement pratique entre catholicisme et modernisme est possible.  Et bien, selon l’enseignement de Pie X et Pie XI, la réponse est évidente : n’est licite aucun accord ni collaboration entre eux, pas même au seul niveau de l’action.

Si nous analysons la nature du modernisme et du catholicisme, nous comprenons aussi la raison de cette prohibition.  En effet, le modernisme s’appuie sur la philosophie moderne idéaliste (Kant/Hegel), selon laquelle c’est la pensée humaine qui crée la réalité.  La théologie du catholicisme se fonde sur le bon sens naturel et sur la philosophie du réalisme de la connaissance (Aristote/St Thomas) selon lesquels la réalité
existe indépendamment de la pensée humaine et cela doit être conforme à la réalité pour atteindre la vérité.  En outre, la Révélation confirme tout ce que la droite raison arrive à connaître : Dieu a créé le monde et l’homme.  Pour cette raison, ce n’est pas la pensée humaine qui  a créé la réalité, mais elle est seulement un effet de la cause première sans cause, qui s’appelle Dieu.

Dans l’allocution « Accogliamo » (18 avril 1907), Saint Pie X met bien en évidence que l’Eglise ne craint pas la persécution ouverte comme « lorsque les édits des Césars ordonnaient aux premiers chrétiens d’abandonner le culte envers Jésus-Christ ou de mourir. » Donc, aujourd’hui, nous-mêmes, comme le Pape Sarto, nous ne devons pas craindre la persécution ouverte de la Tradition apostolique, mais bien la main tendue par le modernisme qui, au début, voudrait nous faire agir avec lui pour, par la suite, nous moderniser spéculativement et nous mettre accidentellement « à jour » (« aggiornati » de Jean XXIII et François Ier).  « Celui qui n’agit pas suivant sa pensée finit par penser comme il agit. »  Si le catholique travaille en collaboration avec les modernistes, il finira tôt ou tard par penser comme eux sans le savoir.

Accord actuel entre catholiques et néo-modernistes

Aujourd’hui, se pose la question brûlante d’une possible collaboration ou d’un accord entre le catholicisme et le modernisme et, pour soutenir cette possibilité, on apporte une multiplicité de raisons qui n’ont aucun fondement dans la réalité.  Voyons-les un par un.

La néo-FSSPX fait le « branding » de la déclaration de Mgr Lefebvre en 1974

Traduction par Reconquista. Les paragraphes non traduits se rapportent à la version anglaise et on ne retrouve pas ces modifications dans la version française.

Ces derniers temps, la néo-FSSPX a « trié » les citations de Mgr Lefebvre, le montrant favorable à un accord avec Rome (http://christusvincit.clicforum.com/t924-Evolution-de-la-Porte-Latine.htm), dans le but de justifier leurs discussions avec Rome, alors que, en réalité, à la fin de sa vie, l’archevêque ne faisait plus confiance à Rome et posa la condition qu’il ne négocierait plus avec ces autorités jusqu’au moment où Rome serait d’abord revenue à la Tradition.

Dans le dernier communiqué de Menzingen, qui a été publié le 21 novembre 2016 sur le site de la FSSPX, nous voyons la néo-FSSPX à nouveau manipuler les paroles de l’archevêque.

Cette fois, ils ont modifié la Déclaration de 1974 !
(…)
Deuxièmement, ils sont omis les mots décisifs [« Ce faisant »] qui changent la signification entière du dernier paragraphe de sa déclaration.
(…)

Voyez vous-même.


En ce 21 novembre, anniversaire de la déclaration que fit, en 1974, Mgr Marcel Lefebvre, on ne peut que rappeler la profession de foi du fondateur de la Fraternité Saint-Pie X : « Avec la grâce de Dieu, le secours de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Pie X, nous sommes convaincus de demeurer fidèles à l’Eglise catholique et romaine, à tous les successeurs de Pierre, et d’être les ‘fideles dispensatores mysteriorum Domini Nostri Jesu Christi in Spiritu Sancto, dispensateurs fidèles des mystères de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le Saint-Esprit’. »



« Ce faisant, avec la grâce de Dieu, le secours de la Vierge Marie, de saint Joseph, de saint Pie X, nous sommes convaincus de demeurer fidèles à l'Eglise Catholique et Romaine, à tous les successeurs de Pierre, et d'être les 'fidèles dispensateurs des mystères de Notre Seigneur Jésus-Christ' dans le Saint-Esprit. Amen. »